•  

     

     

     
     
    Ad 1 of 1
     

    Au lendemain de la défaite à Agen (19-10), le président du RCT Mourad Boudjellal est particulièrement en colère contre ses joueurs, et notamment Julian Savea. Avec des mots durs, il s’explique pour RMC Sport.

     

    votre commentaire
    • Dimanche, dans son antre de la Luz, Benfica a étrillé le Nacional sur le score fleuve de (10-0). Une démonstration de force qui remet les Lisboètes dans la lutte pour le titre au Portugal.
    • Benfica s'est régalé contre le Nacional (10-0) ! Benfica s'est régalé contre le Nacional (10-0) ! ©Maxppp
    • 55 ans. Il fallait remonter à 1964 pour trouver trace d’un (10-0) en championnat du Portugal. C’était lors d’un Benfica-Seixal. Ce dimanche, le club lisboète a réédité cette performance rare. Les hommes de Bruno Lage ont littéralement étrillé le Nacional (10-0, 21e journée de Liga NOS). On les a même vu consoler leurs « victimes » du jour, en pleurs, au coup de sifflet final. Avec un but et quatre passes décisives, Pizzi restera comme un des grands artisans de cette victoire historique.

      Mais le chef d’oeuvre est collectif et toute la presse lusitanienne en parle ce lundi. « 10 sur l’échelle de Richter », titre O Jogo. Le quotidien ajoute même un piquant : « ne dites pas but, dites Benfica ! ». Record, pour sa part, parle d’« Ouragan » ou encore de « Tsunami ». A Bola n’y va pas par quatre chemins et parle de « correction du siècle », mettant à l’honneur tous les buteurs de cette folle soirée. « Des Aigles géniaux » (Correio da Manhã) se sont offerts un succès « à la mode des années 1960 » (Jornal de Noticias). Cette fessée est même arrivée jusqu’en NBA, où Clint Capela, joueur des Houston Rockets, s’est fendu de ce malicieux commentaire : « et moi qui pensais que Chelsea (battu 6-0 par Manchester City) avait passé une sale journée... »

      De retour dans la course au titre !

      Cette démonstration de force confirme le retour en forme des Encarnados depuis la prise de fonction de leur nouveau coach, suite au limogeage de Rui Vitoria, en janvier. « J’ai le sentiment que les astres se sont alignés », a confié le technicien lisboète à l’issue de la rencontre, plutôt sobrement. Il a tout de même su relancer une équipe en perte de confiance, avec un duo João Felix-Haris Seferovic de feu en attaque, une domination dans l’entrejeu retrouvée autour de Pizzi et une défense beaucoup plus solide devant Vlachodimos.

      Mieux, les jeunes lancés dans le grand bain, comme Florentino ou Ferro, répondent présents. Résultat, le SLB engrange les points et grappille du terrain sur ses rivaux. Distancés dans la course au titre il y a quelques semaines encore, les Benfiquistes, vainqueur de Boavista (5-1) fin janvier et du Sporting (4-2) début février, sont revenus à un point du leader, le FC Porto au classement de la Liga NOS. Gare à ce Benfica puissance 10 !


    votre commentaire
  • S'il a battu les Girondins de Bordeaux ce samedi (1-0), le Paris Saint-Germain a cependant perdu Edinson Cavani sur blessure. Après la rencontre, Thomas Tuchel est revenu sur la blessure musculaire de l'attaquant argentin. Et l'ancien technicien du Borussia Dortmund n'est pas très confiant.

     

    Edinson Cavani a dû sortir du terrain juste avant la pause Edinson Cavani a dû sortir du terrain juste avant la pause ©Maxppp

    Thilo Kehrer et Leandro Paredes ont échappé à des blessures graves ces derniers jours après des tacles dangereux de M’Baye Niang et Nabil Fekir. Edinson Cavani s’est lui blessé tout seul en tirant son penalty, unique but du match entre le Paris Saint-Germain et Bordeaux ce samedi au Parc des Princes (1-0). Et pour l’ensemble du club parisien, on peut penser qu’il aurait été préférable de voir l’attaquant uruguayen finir le match sans problème plutôt que de glaner trois nouveaux points en championnat.

    C’est à la 42e minute qu’Edinson Cavani, après avoir fêté son but, s’est arrêté, grimaçant, en se touchant la cuisse droite. Il s’est dirigé vers le banc de touche et a échangé quelques mots avec Thomas Tuchel. Que se sont-ils dit ? L’entraîneur allemand a répondu en conférence de presse. « Je voulais savoir comment cette blessure était arrivée et il m’a dit pendant la frappe. Ce n’est pas bien », a glissé l’entraîneur allemand dans un sourire jaune. Face aux médias, il n’a pas voulu trop en dire sur la gravité de la blessure. Déjà parce qu’il ne la connait pas, ensuite parce qu’il n’est pas adéquat de dévoiler son jeu trop vite à l’adversaire. Mais clairement, cela ne sent pas bon.

    « Je ne sais pas si c’est possible »

    « Je ne sais pas, je n’ai pas parlé avec Edi ou le docteur

     


    votre commentaire
  •  

    Alors que la signature de Mario Balotelli est imminente, Rudi Garcia a confirmé pour la première fois à demi-mot la signature probable de l'attaquant international italien. Mais à l'écouter, il n'y a aucune chance de le voir débuter la rencontre face au LOSC du fait d'une condition physique pour le moins précaire et qui pourrait engendrer une longue indisponibilité en cas de blessure.

     

    Mario Balotelli avant une rencontre de l'Italie contre la France Mario Balotelli avant une rencontre de l'Italie contre la France ©Maxppp

    Mario Balotelli va s’engager avec l’Olympique de Marseille. Depuis hier après-midi, on peut dire sans craindre un nouveau rebondissement que l’attaquant italien de 28 ans va bien évoluer pour la deuxième partie de saison avec le club phocéen. Mais à partir de quand ? Alors que le transfert n’a toujours pas été officialisé, la première question concerne sa présence au sein de l’effectif marseillais qui va accueillir le LOSC vendredi soir à l’Orange Vélodrome pour un match important pour la suite de la saison.

    Dès lors, l’entraîneur Rudi Garcia était très attendu en conférence de presse pour évoquer le cas Balotelli. Précautionneux, il n’a pas voulu crier victoire trop vite. « Tant qu’il n’aura pas signé, on ne parlera pas de Mario. Et même si c’est officiel aujourd’hui, c’est un joueur qui n’a pas joué depuis un mois et qui ne s’est pas entraîné depuis un mois. Ça serait impossible de le voir au départ du match vendredi », a-t-il prévenu. Comme il pouvait s’en douter, la majeure partie des questions a tourné autour de l’international italien, dont l’arrivée est attendue avec impatience.

    « Si sa plus grande chance c’est de se blesser... »

    « En termes de recrutement tant que rien n’est signé, il peut se passer plein de choses, mais on pense qu’il va venir nous renforcer. On a besoin de renforts offensifs. On marque moins de buts ces derniers temps. S’il arrive, c’est une bonne nouvelle », a accepté de lâcher Garcia, qui n’a visiblement pas envie de prendre de risques avec son probable futur joueur. « Ça dépend de son état athlétique. Si sa plus grande chance, c’est de se blesser et disparaître un mois et demi, ce n’est pas la peine. Tant qu’on n’a pas discuté avec lui et qu’on ne sait pas pour les tests physiques, on ne peut pas savoir. »

    Garcia ne met donc pas la charrue avant les bœufs, et ce même si Balotelli avait montré avec Nice qu’il était capable de démarrer une rencontre sans véritable préparation. C’était le cas lors de son arrivée sur la Cote d’Azur il y a deux ans et demi. Egalement interrogé sur la durée du contrat, seulement 6 mois, Rudi Garcia a préféré botter en touche. « J’ai assez répondu sur ce sujet-là. Je n’y réponds pas. Pour l’instant, il n’a pas signé. » Une phrase suffisamment entendue dans ce dossier depuis l’été dernier !


    votre commentaire
  • L'ouvreur du Racing 92 Pat Lambie a annoncé en fin de semaine dernière qu'il arrêtait sa carrière à 28 ans en raison des commotions cérébrales qu'il avait subies. Depuis 2018, de nombreux joueurs pros ont pris pareille décision pour des raisons similaires.

    L'ouvreur du Racing 92 Pat Lambie a annoncé en fin de semaine dernière qu'il arrêtait sa carrière à 28 ans en raison des commotions cérébrales qu'il avait subies. Depuis 2018, de nombreux joueurs pros ont pris pareille décision pour des raisons similaires. International canadien (80 sélections), cet avant polyvalent, alors joueur de Doncaster (2e division anglaise), annonce le 5 janvier 2018 qu'il met un terme à sa carrière. « Après avoir subi trois commotions en un court laps de temps, je préfère m'arrêter », explique-t-il.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique