• - Mort de Kobe Bryant :la longue liste des champions victimes de crashes aériens

    L'Equipe.fr
    27 janvier 2020
    Mort de Kobe Bryant - Mort de Kobe Bryant :la longue liste des champions victimes de crashes aériens

    De Marcel Cerdan, disparu sur le chemin de la reconquête de son titre (1949), à l'équipe de football brésilienne de Chapecoense, fauchée dans le crash de son avion en 2016, le sport a payé un lourd tribut à la fatalité.28 octobre 1949 - 48 mortsCrash du Constellation dans lequel se trouve le boxeur Marcel Cerdan« Le bombardier marocain » arborait pourtant son costume bleu, « celui qui [lui] porte chance » quand il prend l'avion. Sa mort ne sera pourtant qu'une improbable suite d'événements contraires. Pour disputer sa revanche contre Jake LaMotta et reconquérir le titre mondial des moyens, le 2 décembre, Cerdan a d'abord prévu de prendre le bateau. Mais Édith Piaf, impatiente de le revoir à New York où elle se produit, le supplie d'opter pour le Constellation.L'avion d'Air France est plein mais un couple accepte de céder sa place au boxeur. Le mauvais temps sur l'Atlantique Nord oblige le pilote à bifurquer sur la route du soleil et les Açores. Peu avant 1 heure du matin, il annonce « temps clair, nous nous posons dans cinq minutes ». À 0 h 50, l'avion percute la montagne Pico da Vara, à 100 kilomètres de Santa Maria, où il était censé atterrir.4 mai 1949 - 31 mortsDisparition de l'équipe de football du « Grande Torino » dans la catastrophe de SupergaParmi les corps et les objets déchiquetés, les premiers badauds arrivés sur le lieu de la catastrophe, sur les pentes de la colline de Superga dans les environs de Turin, découvrent des maillots granata. Dans le brouillard, le trimoteur Fiat G 212 a percuté ce mont de la commune italienne de Moncalieri et décimé toute l'équipe du Torino dont « El Capitano » Valentino Mazzola et les deux Français Émile Bongiorni et Roger Grava.C'est même une grande partie de la Nazionale qui disparaît dans le crash, le Torino ayant alors renouvelé le football, sorte d'embryon du football total de l'Ajax et des Pays-Bas, vingt ans plus tard. Champion de 1943 à 1949 (le Championnat italien a été interrompu deux saisons en raison de la Seconde Guerre mondiale), le Torino reçoit l'hommage de 700 000 Turinois, le 6 mai 1949.6 février 1958 - 23 mortsCrash de Munich où une partie de l'équipe de football de Manchester United périt« J'y pense tous les jours. » Bobby Charlton, survivant de la catastrophe de Munich où périrent sept de ses coéquipiers, n'a pas oublié ce décollage manqué, dans la neige. La veille, les mômes du manager Matt Busby ont assuré leur qualification en demi-finales de la Coupe d'Europe des clubs champions contre l'Étoile Rouge Belgrade (3-3, 2-1 à l'aller).L'escale en Allemagne leur sera fatale, MU perdant un de ses plus beaux joyaux avec Duncan Edwards. Double champion d'Angleterre en titre, avec une équipe de gamins (22 ans de moyenne d'âge), Busby, également rescapé, rebâtit une équipe autour de Charlton. Dix ans après, il remporte, enfin, le titre européen. Une horloge, accrochée à la tribune sud d'Old Trafford, rend hommage aux victimes de Munich.15 février 1961 - 72 mortsL'avion de l'équipe de patinage américaine s'abîme en BelgiqueÀ quelques minutes du départ, la jeune Laurence Owen, seize ans et demi, championne américaine de patinage artistique, pose fièrement avec la délégation qui s'apprête à rejoindre Prague et ses Championnats du monde (22 au 26 février). Avec elle, la relève américaine et notamment Doug Ramsey (16 ans) et Bradley Lord (17 ans). Quelques heures plus tard, en approche de Bruxelles, où le Boeing de la Sabena vol 548 doit faire escale, « le patinage américain est décapité » (L'Équipe du 16 février 1961).Soixante-douze personnes décèdent pendant le crash, dont dix-huit athlètes américains et leur coach, Dean McMinn. Un fermier, présent dans son champ au moment de la catastrophe, est également tué. Les Américains, qui dominent la discipline depuis une dizaine d'années, militent pour que les Championnats du monde se tiennent. Les organisateurs tchécoslovaques y renoncent. Ils ne se dérouleront que l'année suivante, à Prague.3 avril 1961 - 24 mortsL'équipe de football chilienne Green Cross disparaît dans la cordillère des AndesPlus de cinquante après, la tragédie s'est rappelée à la population chilienne. Début février, des alpinistes ont découvert, à 3 200 mètres d'altitude, des morceaux d'un avion, ceux du Douglas DC-3 dans lequel une partie de l'équipe de football de Green Cross avait pris place, après son match de Coupe du Chili à Osorno.C'était le vol le plus direct, il coûta la vie à huit des joueurs dont l'international argentin Elisa Mourino (25 sélections). Le reste de l'équipe avait opté pour un trajet plus long, avec escales. Malgré la tragédie, le club décida de disputer le match retour, qu'il perdit. Faute de corps, un enterrement symbolique, « avec des cercueils contenant des cendres », eut lieu le17 avril devant une foule nombreuse à Santiago, la capitale.13 octobre 1972 - 29 mortsUne partie de l'équipe de rugby uruguayenne Old Christians décède dans le crash de son avion.C'est une des catastrophes aériennes les plus célèbres de l'histoire. Déjà parce que, parmi les 45 passagers, seize personnes survivent à la chute du vol 571 de la Fuerza Aerea Uruguaya dans la Cordillère des Andes. Et aussi, parce que ceux qu'on va surnommer « les Survivants » ne seront retrouvés que le 22 décembre, deux mois après la catastrophe.Pour rester en vie, à 3 600 mètres d'altitude, par - 30 °C, les hommes, abrités dans la carlingue, décident de se nourrir des corps des victimes. Deux d'entre eux se lancent dans une expédition à la recherche de secours. Ce qu'ils parviennent à faire, après dix jours et 110 kilomètres parcourus. Leur histoire inspirera la littérature et le cinéma.7 septembre 2011 - 44 mortsL'équipe de hockey du Lokomotiv Iaroslavl se tue au décollageL'avion de ligne Yakovlev 42, immatriculé RA-42434, s'est écrasé sur les berges de la Volga après avoir dépassé la piste de décollage de l'aéroport de Iaroslavl, en Russie, à la suite d'une erreur du pilote. À bord, parmi les 45 personnes, se trouve l'équipe de hockey du Lokomotiv Iaroslavl qui se rend à Minsk pour y affronter le Dynamo à l'occasion du premier match de Ligue continentale (KHL) de la saison.Quarante-trois personnes meurent sur le coup, deux survivent : un membre de l'équipage et la star de l'équipe Aleksandr Galimov. Ce dernier, gravement blessé, décédera le 12 septembre, rejoignant ses coéquipiers, l'international suédois Stefan Liv, champion olympique en 2006, et l'international tchèque Josef Vasicek, champion du monde en 2005.14 janvier 1986 - 5 mortsThierry Sabine se tue en hélicoptère lors du Paris-DakarPour cette huitième édition, l'organisateur du Paris-Dakar met régulièrement en garde les motards et les pilotes contre les dangers de la piste, toujours avec l'idée, depuis le 26 décembre 1978 et le premier départ de la place du Trocadéro, de « faire vibrer ceux qui partent et faire rêver ceux qui restent ».Ce 14 janvier, alors que la nuit tombe, Thierry Sabine, en compagnie du chanteur Daniel Balavoine, d'une journaliste, d'un technicien radio et du pilote, décide de rejoindre le bivouac, à une vingtaine de kilomètres de Gourma (Mali). Le vent de sable empêche toute visibilité verticale et l'hélicoptère, qui se guidait avec les feux de position des concurrents, percute vraisemblablement la cime d'un arbre. Sans son fondateur, le Rallye ira au bout, jusqu'à Dakar.27 avril 1993 - 30 mortsL'équipe de football de Zambie périt en merQuelques jours après avoir battu l'île Maurice (3-0), la Zambie s'apprête à rejoindre Dakar pour y affronter le Sénégal en éliminatoires de la Coupe du monde 1994. Mais quelques minutes après le décollage de l'aéroport de Libreville (Gabon), le CT 15 Buffalo de l'armée zambienne s'abîme en mer, tuant notamment dix-huit joueurs et cinq dirigeants des « Chipolopolos ».Est épargné Kalusha Bwalya, la star de la sélection, attaquant du PSV Eindhoven qui ne l'avait pas libéré pour jouer contre l'île Maurice... Cette génération, qui avait battu l'Italie 4-0 lors des Jeux de Séoul en 1988, est alors l'une des plus prometteuses d'Afrique. Les victimes reposent toujours à deux pas des tribunes du stade de l'Indépendance de Lusaka. Bwalya, lui, est président de la Fédération zambienne.25 octobre 1999 - 5 mortsPayne Stewart et l'avion fantômeDouble vainqueur de l'US Open de golf en 1991 et 1999, membre de l'équipe américaine tout récemment victorieuse de la Ryder Cup, Payne Stewart, 42 ans, se rend d'Orlando (Floride) à Dallas (Texas) pour disputer un tournoi. À bord du « 47 Alpha Bravo », nom de code du jet privé qui le transporte, se trouvent cinq personnes.Quelques minutes après le décollage, le contact avec les pilotes est rompu. Le pilotage automatique s'est déclenché, suite à une dépressurisation de la cabine. Durant quatre heures d'errements dans le ciel, l'Amérique assiste en direct sur CNN à l'odyssée dramatique de l'avion fantôme qui, à court de carburant, finit par s'écraser à 18 h 20, dans une région marécageuse du Dakota du Sud. Stewart était père de deux enfants, Chelsea et Aaron.10 mars 2015 - 10 mortsDisparition d'Alexis Vastine, Camille Muffat et Florence Arthaud sur un tournage téléCamille Muffat, championne olympique de natation, Florence Arthaud, navigatrice victorieuse de la Route du Rhum 1990, et Alexis Vastine, boxeur médaillé olympique, montent dans un hélicoptère les yeux bandés, pour les besoins du tournage de Dropped, l'émission de téléréalité à laquelle ils participent.Un second appareil décolle en même temps que le leur, avec à son bord un cameraman chargé de filmer la scène. Deux minutes après le décollage, les deux hélicos se percutent à une centaine de mètres d'altitude et s'écrasent. La société de production de l'émission, ALP, a depuis été condamnée à deux reprises pour « faute inexcusable ».21 janvier 2019 - 2 mortsEmiliano Sala, la mort entre Nantes et CardiffIl est 21h23 (heure française) ce lundi 21 janvier 2019 quand l'avion privé dans lequel a pris place l'ex-footballeur nantais Emiliano Sala perd le contact avec le contrôle aérien. L'attaquant argentin (28 ans) a dit au revoir à ses coéquipiers avant de monter à bord pour se rendre à Cardiff où il vient d'être transféré. Installé dans le Piper Malibu (PA 46 Malibu), aux mains du pilote privé Dave Ibbotson, il a envoyé avant le décollage des messages à ses proches confiant son inquiétude.Quelques instants plus tard, l'avion disparaît des radars à 15 kilomètres au nord-ouest de l'île d'Aurigny, à proximité du phare de Casquets. Après des semaines d'incertitude, l'épave est retrouvée par 67 mètres de fond dans la Manche. Le corps de Sala est identifié le 7 février, celui du pilote n'a pas été retrouvé et l'enquête pour déterminer les causes de la tragédie est toujours en cours.LES AUTRES TRAGÉDIESLa liste des catastrophes aériennes dans le sport, malheureusement interminable, n'est pas exhaustive ici. En sport mécanique, et plus près de nous, on pense au pilote de rallye WRC, l'Écossais Colin McRae qui a péri dans l'accident d'hélicoptère dont il avait les commandes, le 15 septembre 2007. Il décède à l'âge de trente-neuf ans en compagnie de trois passagers, dont son fils de cinq ans et demi.Un autre pilote, tout juste retraité, l'Anglais Graham Hill (champion du monde de F 1 en 1962 et 1968, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1972), a perdu la vie aux commandes de son avion personnel, le 29 novembre 1975, de retour d'une séance d'essais privés au Castellet. L'accident fait cinq autres victimes dont le jeune pilote de F 1 Tony Brise (23 ans).D'autres tragédies ont touché le football, comme la prestigieuse équipe péruvienne Alianza Lima dont l'avion plonge dans le Pacifique le 8 décembre 1987 (87 morts au total), la sélection nationale du Surinam, le 7 juin 1989 (176 morts), ou les joueurs du club ouzbek de Pahtakor disparus après que leur avion eut percuté un autre avion, ukrainien, le 11 août 1979 (178 morts).Plus près de nous, le vol 2933 de LaMia Airlines s'est écrasé le 28 novembre 2016 lors d'une liaison entre Santa Cruz de la Sierra et Medellín, avec 77 personnes à son bord, dont l'équipe de football brésilienne de Chapecoense qui s'apprêtait à disputer le match aller de la finale de la Copa Sudamericana 2016 face à l'Atlético Nacional.Les États-Unis ont payé un lourd tribut entre la disparition de leur équipe amateurs de boxe, le 14 mars 1980 près de Varsovie (87 morts), celle de son équipe universitaire de basket d'Evansville (Indiana), le 13 décembre 1977 (29 morts) ou celle de foot US de Cal Poly (Californie), le 29 octobre 1960 dans l'Ohio (22 morts, 26 survivants).Une dernière catastrophe, qui n'a rien à voir avec la fatalité, concerne les 24 membres de l'équipe cubaine d'escrime, morts dans l'explosion de leur DC-8, le 6 octobre 1976. Deux bombes avaient été posées dans leur avion par un groupe anticastriste, faisant 70 morts au total.

     


    votre commentaire
  •  

    Rugby - La ville de Lyon épinglée par la Chambre régionale des comptes pour ses relations financières avec le LOU

    L'Equipe.fr
    20 novembre 2019
    Rugby - La ville de Lyon épinglée par la Chambre régionale des comptes pour ses relations financières avec le LOU

    Dans un rapport sur la gestion de la ville de Lyon de 2013 à 2017, la Chambre régionale des comptes (CRC) pointe des anomalies dans ses relations avec le LOU, en rapport notamment avec les baux pour le Matmut Stadium puis Gerland. C'est écrit noir sur blanc sur une dizaine des 246 pages du « rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes concernant la gestion de la commune de Lyon au cours des exercices 2013 à 2017 ». Rapport remis récemment par la CRC à la mairie de la ville. « La chambre invite la ville à davantage de vigilance en matière de transparence et de garantie de ses intérêts financiers dans le cadre de ses relations contractuelles avec les clubs sportifs, et en particulier dans le cadre des baux conclus avec le LOU Rugby », est-il écrit dans la synthèse de ce rapport. Comme le rapporte Rue 89 Lyon, la ville aurait offert quelques largesses à son club de rugby. En cause notamment un bail de... 18 ans contracté en 2011 avec le club pour le terrain du Matmut Stadium de Vénissieux alors que le LOU s'apprête à monter en Top 14 et qu'un déménagement à Gerland est déjà évoqué. Pourquoi un bail aussi long ? Lors de la saison 2016/2017, le LOU déménage à Gerland. Il faut donc résilier l'ancien bail sans qu'il ait été amorti, pour un préjudice estimé à environ 12 millions d'euros pour la mairie, selon le rapport de la CRC : « la résiliation du bail s'est ainsi effectuée dans des conditions peu protectrices des intérêts de la ville, qui a notamment indemnisé des investissements auxquels elle a consenti tardivement, et qui étaient donc peu amortis par le club au moment de la résiliation », est-il écrit. Des travaux dans l'enceinte de Vénissieux posent également question, puisqu'ils ont été réalisés par trois sociétés qui appartiennent « au même groupe » que GL Events, le propriétaire du club via GL Events Sport. « Ces entreprises sont directement ou indirectement de la SASP LOU Rugby », est-il noté dans le rapport. Le bail pour Gerland est également pointé du doigt par la CRC, notamment en ce qui concerne des constructions prévues autour du stade, les "Jardins du LOU''. Le bail stipule que la ville de Lyon doit toucher 2 % des « loyers hors taxes perçus annuellement par le [LOU Rugby] pour toutes les nouvelles constructions édifiées sur l'immeuble ». Problème : il y a trois mois, le LOU n'avait encore rien payé et n'a toujours pas été pénalisé pour ces retards de paiement. Une largesse de plus.


    votre commentaire
  •  


     
     
     
     
    Ad 1 of 1

    Vincent Moscato ne cache pas son agacement face aux nombreuses critiques, parfois virulentes, dont fait l’objet Sébastien Vahaamahina depuis l’élimination du XV de France en quarts de finale de la Coupe du monde 2019. Le deuxième ligne de 28 ans, exclu pour un vilain geste, a annoncé ce lundi sa retraite internationale.

     

    votre commentaire
  •  

     
     
     
    Ad 1 of 1

     

    TF1 dévoile des images du vestiaire du XV de France ce dimanche, après la défaite face au pays de Galles en quarts de finale de la Coupe du monde (19-20). Guilhem Guirado et Jacques Brunel ont tenu des discours forts en émotion. Sébastian Vahaamahina a lui présenté ses excuses.

     

     

     


    votre commentaire
  • Current Time 0:00
    /
    Duration 0:45
     
     

    Expulsé dimanche avec le XV de France lors du quart de finale de Coupe du monde perdu face au pays de Galles (20-19), Sébastien Vahaamahina est sorti de son silence pour expliquer son geste et annoncer sa retraite internationale. Une décision prise avant le Mondial.

     

    Ce quart de finale de Coupe du monde perdu face au pays de Galles (20-19) restera comme le dernier match en équipe de France de Sébastien Vahaamahina (28 ans, 46 sélections). La sanction de Word Rugby quant à sa suspension après son expulsion face au XV du Poireau n’est pas encore tombée, mais le 2e ligne a annoncé ce lundi sa retraite internationale. Dans un texte transmis à Midi Olympique, le joueur de Clermont a tenté d’expliquer son geste fou sur Aaron Wainwright. Et indiqué qu’il s’agissait là de son dernier match en Bleu, lui qui avait pris cette décision avant la Coupe du monde sans toutefois l’annoncer publiquement.

    La déclaration de Sébastien Vahaamahina:

    "Aujourd'hui, je me dois d'assumer mes actes et éventuellement d'essayer d'y apporter quelques explications, si tant est que cela soit possible... Mon style de jeu et le poste auquel je joue nécessitent beaucoup d'agressivité. Une agressivité qu'il me faut néanmoins contrôler. Lorsque je donne ce coup de coude, tout s'est probablement mélangé dans ma tête. Trop d'envie et de volonté de marquer à nouveau. Et j'ai justement perdu le contrôle. Je regrette ce geste, il est certes spontané et incontrôlé mais il n'en demeure pas moins que j'en suis responsable. Seul et unique responsable. C'est dur, très dur pour moi aujourd'hui d'autant plus que, comme je l'avais prévu depuis plusieurs mois, il s'agissait de mon dernier match avec le XV de France. Je n'ai pas fait d'annonce publique concernant mon arrêt en sélection car ce n'est pas dans mes habitudes. Les personnes impactées par cette décision le savent depuis cet été : Jacques Brunel, Franck Azéma, quelques joueurs également. J'avais vraiment à cœur de bien faire et la volonté de réaliser le meilleur match possible, la meilleure compétition possible pour ensuite m'arrêter... Peut-être avais-je envie de trop bien faire. Mon envie et mon agressivité m'ont fait déborder. Désormais, il est temps pour moi de me faire opérer du bras, comme cela était prévu à mon retour de Coupe du monde. Un cycle se termine aujourd'hui, une page de ma carrière se tourne. J'ai 28 ans tout pile et déjà hâte de me reconstruire, physiquement et moralement, pour revenir en étant encore plus fort."

    Une lourde sanction?

    Le cas de Sébastien Vahaamahina sera étudié le 24 octobre par la commission de discipline de World Rugby. Si son avenir international est donc scellé, le 2e ligne pourrait être privé de nombreuses semaines de compétition avec Clermont. Reste à savoir toutefois combien de temps l'éloignera l'opération au bras évoquée par le joueur aux 46 sélections dans son communiqué. Une absence sur blessure qui pourrait ainsi dépasser la durée de sa suspension.

    Arbitre qui a infligé le carton rouge logique à Vahaamahina, Jaco Peyper est lui impliqué dans une polémique depuis dimanche et la publication d'une photo l'affichant tout sourire avec des supporters gallois et surtout en mimant le coup de coude du Français.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique